Goni-Habé: entre massacre civil et opération d’influence

Un nouveau grand massacre de civils à l’occasion d’une opération antiterroriste conjointe FAMA/Wagner au Mali en septembre 2022

Le 19 septembre, une vidéo de deux habitants de Goni Habé à Abidjan interviewés par Mali Kibarou TV est mise en ligne sur Facebook. Selon les villageois, plus de 30 personnes auraient été tuées à Gouni Habé, près de Sofara, par des groupes armés costumés en chasseurs Donso et en tenue militaire.

Différents témoignages recueillis et publiés par RFI le 20 septembre suggèrent que des mercenaires du groupe Wagner, ainsi que les forces militaires maliennes (FAMA) et des chasseurs donso, seraient arrivés par hélicoptère dans le village de Gouni le 17 septembre. Le 18 septembre, sur la base de témoignages, ils ont rassemblé tous les hommes dans la mosquée de Gouni et les ont massacrés, ainsi que des enfants et des femmes. Environ 35 personnes ont été tuées dans l’incident. Ce serait un nouveau grand massacre de populations civiles impliquant l’armée malienne et des mercenaires Wagner depuis ceux de Moura et Dogofry. Un reportage de Voice of America décrivant les difficultés auxquelles sont confrontés les habitants de Goni vivant à Abidjan à la suite du massacre est mis en ligne par Mali Kibarou TV le 22 septembre.

Dans le communiqué de presse n°57 publié le 22 septembre par la DIRPA, la Direction de la communication des forces armées maliennes, les FAMA ont lancé une opération offensive antiterroriste dans le village de Gouni Habé les 15 et 16 septembre.

Extrait du communiqué de presse n°57

Le communiqué de presse mentionne que 20 terroristes ont été neutralisés tandis que des armes, des composants d’engins piégés et un drone ont été saisis et détruits.

Dans une interview donnée par Himba Karembé, chef du village de Gouni-Habé, au média L’Indicateur du Renouveau le 26 septembre, il mentionne que l’attaque contre le village a eu lieu parce que les villageois ont été accusés de coopérer avec des groupes terroristes et ont refusé de rejoindre Donso chasseurs.

Anatomie d’un contre-récit pour dissimuler les protagonistes probables du massacre de Gouni

Le 2 octobre, deux comptes Facebook mettent en ligne presque simultanément la même vidéo. La vidéo exclusive montre des femmes et des enfants calmes interrogés par un homme sur 53 villageois qui auraient été tués par des groupes armés terroristes le 1er octobre. La femme interrogée décrit ce qui s’est passé. Nous pouvons voir que le récit se transforme en un meurtre par des groupes armés terroristes.

Les deux comptes Facebook sont assez récents : la Voix du Centre avec 1,2k followers a été créé le 8 janvier 2021 et Commandant Methè Media avec 10k followers a été créé le 14 février 2021.

La Voix du Centre
Commandant Methè Media

Alors que le Commandant Methè Media a posté la vidéo en premier à 02:50 et semble être le premier à la partager, la version postée à 03:46 sur La Voix du Centre ne porte pas le logo du Commandant Methè Media : il pourrait s’agir de la séquence originale, ce qui signifie que les deux pages pourraient être liées d’une manière ou d’une autre.

Vidéo avec le logo et le bandeau de texte
Version originale possible

En regardant le moment où la vidéo a été mise en ligne, cela signifierait que la vidéo aurait été tournée le 1er octobre, le jour où la soi-disant attaque aurait eu lieu. Le calme des survivants contraste avec ce à quoi on pourrait s’attendre après un événement aussi dramatique.

Dans le communiqué de presse n°59 publié le 7 octobre, les FAMA annoncent l’ouverture d’une enquête sur le meurtre de 53 civils dans le village de Gouni-Habé.

Le lancement de cette enquête par les FAMA est relayé par les médias en ligne et locaux comme un signe que l’armée fait du bon travail pour en savoir plus sur les meurtres.

Le communiqué de presse est mentionné par la Commission nationale des droits de l’homme du Mali dans une communication félicitant les FAMA d’avoir diligenté une enquête sur le meurtre de 53 civils dans le village de Gouni-Habé.

Cette fois tout est confus car la Commission fait référence aux 16-17 septembre et le 1er octobre a disparu.

Une réponse à « Goni-Habé: entre massacre civil et opération d’influence »

  1. Bien sûr que c’est une histoire  » retournée » qui indexe les groupes terroristes sur ce méfait a l’image du scénario de Gossi où l’on a retrouvé des corps ensevelis derrière le camp militaire, et dont les forces Françaises ont été de même accusés…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :